Navigation Menu+

Les rencontres de la photographie à Arles 2015

Créées en 1969, les Rencontres d’Arles étaient nommées Rencontres Internationales de la photographie. Des passionnés de l’image et des photographes organisent chaque année, à travers la ville d’Arles, des conférences, des soirées, des rencontres photographie axées sur l’actualité photographique, sur les nouvelles créations en la matière et sur des œuvres des innovateurs de l’art photographique.  

rencontres-photographie-arles.jpg

Les rencontres photographie à Arles auxquelles ont participé les étudiants de la manaa lyon représentent une manifestation majeure présentant une gamme de publications sur la photographie. En 2015 se passe la 46ème édition où il y aura des expositions à découvrir, à apprécier et à mémoriser.

Rencontres de la Photographie, le festival photo incontournable

Le festival photo qui n’est ni un musée ni une foire, continue à réaffirmer sa liberté avec des rencontres photographie. C’est un rendez-vous  habituel des photographes qui fait d’Arles une capitale internationale de la photographie. Si Cannes est dédié à au cinéma, Arles est consacré à la photographie, et c’est incontournable si quelqu’un veut assister à des rencontres photographie en matière d’images photographiées.

artistes-photographes.jpg

Les artistes photographes du monde  ne peuvent pas s’échapper de ce festival s’ils veulent faire des échanges avec des créateurs, avec des professionnels, s’ils veulent connaître encore mieux le monde de la photographie.  En outre, le festival rencontres photographie est un moyen pour les photographes de s’approcher plus près du public. C’est un moyen de provoquer des échanges, des dialogues et de faire des expositions. Bref, les rencontres d’Arles sont un festival incontournable pour les amateurs et les professionnels de la photographie.

De nombreuses expositions à découvrir

Il y aura au moins 60 expositions à découvrir et parmi les plus attendues sont les expositions : de Toon Michiels,  intitulée « Enseignes lumineuses américaines de jour et de nuit »; de Walker Evans « Anonymous » et de Jean-Marie Donat « Vernaculaire, Trois Séries De La Collection ».